10 janv. 2007

Le bonheur n’est pas contagieux

C’était un samedi après-midi, il y a quelques semaines. Anne-laure devait partir faire des courses et je m’occupais de Neil. Le téléphone a sonné. Anne-Laure a décroché et comme il faisait beau, elle s’est installée sur le balcon. Elodie pleurait dans le téléphone et quand j’ai vu Anne-Laure pleurait aussi, elle m’a chuchoté « c’est Patou » et j’ai presque compris tout de suite. Patricia était sortie de l’hôpital mais pas parce qu’elle était guérie. Anne-Laure m’a passé le téléphone parce qu’elle pleurait trop et Elodie m’a dit qu’il fallait m’occuper de ma femme et qu’il fallait qu’on en discute entre nous et qu’elle nous embrassait fort et qu’elle allait raccrocher.

Dans les semaines qui ont suivi, on a envoyé des emails et on a passé des coups de fils. Jean nous donnait des nouvelles, Bubu et Manu aussi. On a pensé à Patricia et Guillaume tous les jours, tous le temps. On en a parlé à Boubou et Blaise, on en a parlé à nos parents, à ma sœur, à Matt, à tous ceux qui nous passaient sous la main. On a parlé parce que c’est tout ce qu’on pouvait faire. On a pleuré aussi, parce que c’était très triste et qu’un océan nous empêchait d’aller les serrer dans nos bras. On a pleuré aussi parce qu’on est heureux, qu’on est deux et que même si on est loin de nos amis, on est quand même une petite famille et que tout le monde devrait connaître ça. Et que ça ne sert pas à grand-chose si on est heureux tout seul.

Vendredi dernier lorsque je suis allé au boulot, je ne me sentais pas bien. J’ai lu le message du blog de Blaise qui parlait de Patou et je me suis mis à pleurer devant mon écran d’ordinateur en écoutant la chanson qu’il a choisie. J’ai été obligé de sortir pour pas que mes collègues me voient. Et le soir, on a reçu un coup de fil de Bubu. C’était fini. Et on était encore plus tristes.

Aujourd’hui, nos amis étaient avec Guillaume. Même si on n’était pas vraiment là, on était quand même avec eux. Parce qu’on les aime.


C’est le dernier message posté sur ce blog, pour des raisons sans intérêt on a décidé de d’aller ici.

Posté par lesnepalais à 22:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire